Poésie Divine

Poème sur la nature, la création, humour, romantisme...

posté le 03-02-2021 à 13:21:44

Coucher de soleil (partie 2)

 

5/ les rives ombrageuses

 

 

Aux doux effets du coucher de soleil sur l’eau

Les ombres s’étirent et s’agitent au cœur du soir

Invitant pour une danse les longs roseaux

 

Qui s’incline pour un ultime au revoir

Sur les rives ombrageuses et tortueuses

Avant que terre et champs ne se couvrent de noir.

 

La nuit se fera velours et voluptueuse

En se couvrant le front de diamants éternelles

Alors s’inclineront les rives ombrageuses

 

Pour rendre hommage à la beauté du ciel.

 

 

6/ Les lueurs du ciel

 

Les draps du ciel sur le soleil sont remontés,

A l’horizon, son Altesse s’est endormi

Laissant encor apparaitre sur les rochers

 

Les lueurs du jour disparaissant dans la nuit.

On ne distingue plus la ligne d’horizon,

Le jour et les lueurs sont parti dans l’oubli,

 

A la nuit qui s’impose faisant concession

Sachant qu’au lever du jour les lueurs du ciel

De mille feux, mille couleurs resplendiront

 

Le cycle de la vie qui se veut éternel.

 

7/ L’eau de la rivière

 

Pendant ce temps-là, la rivière s’est assagie,

Laissant ses vaguelettes voguer sous le vent

Pour faire danser les blanches étoiles dans son lit ;

 

Le silence murmure aux eaux de la rivière

Une douce symphonie, un hymne au repos

Un psaume mélancolique, une prière.

 

L’eau de la rivière alors s’endort en huit-clos

Poissons et animaux ont fait allégeance,

Juste le chant cérémonial d’un bécasseau ;

 

Au bruit du jour, la nuit fait son abstinence.

 

 

  8/ La lune se lève

 

 

Le roi c’est endormi, la reine va venir

Veiller sur son sommeil, pendant toute la nuit ;

Elle allume sa veilleuse, ne point s’assoupir…

Déposant sur son chevet sa robe de nuit

Elle apparait enfin dans le ciel étoilé

La lune se lève, ses draps elles les replis

 

Pour que le roi ne vienne pas à s’enrhumer ;

Puis elle fait le tour de son lit, tout doucement

Sans geste brusque pour ne pas le réveiller

 

Comme le ferait une maman pour son enfant.

 

9/ Un jour parmi l’éternité

 

Tout est silence en ce monde reposé,

Les âmes endormies sont bercées par l’oubli ;

Un jour vécu, un jour parmi l’éternité

 

Un temps passé sur le chemin de notre vie

Ou nous redécouvrons les couchers de soleil

Et de leurs beautés qui, dans notre regard luit

 

Et qui dessines dans nos yeux un arc en ciel.

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas

Mais ils auront toujours un bon goût de soleil

 

Sur notre cœur ravi et notre âme en joie.

 

 

10/ Poser mes rêves

 

Il est temps pour moi de déposer ma plume

Dans l’encrier doré de mes plus belles pensées

En me laissant bercer par le vent sous la lune

 

Laissant voguer mon âme au ciel étoilé

Pour poser mes rêves sur l’oreiller du temps

Le temps d’une nuit où je pourrais naviguer

 

Sur les effluves colorés du firmament.

D’en haut, je regarde le coucher de soleil

Il se fait tard, de m’endormir il est grand temps

 

Je voudrais bien, mais ce soir je n’ai pas sommeil.

 

C.M 


 


 
 
posté le 03-02-2021 à 13:20:09

Coucher de soleil (partie 1)

 

COUCHER DE SOLEIL

 

Maître : Coucher de soleil

 

  1/ L’infini beauté du ciel

  2/ Linceul de couleurs

  3/ Les ombres s’évanouissent

  4/ L’astre lumineux

  5/ les rives ombrageuses

  6/ Les lueurs du ciel

  7/ L’eau de la rivière

  8/ La lune se lève

  9/ Un jour parmi l’éternité

10/ Poser mes rêves

 

Aux horizons de l’infini beauté du ciel

Quand le jour dépose son linceul de couleurs

Que les ombres s’évanouissent en ton de miel,

 

L’astre lumineux sèche ses larmes, ses pleurs

Sur les rives ombrageuses du temps passé

Là où les lueurs du ciel se vies et se meurs

 

Posant sur l’eau de la rivière un doux baiser ;

La nuit vient de se poser, la lune se lève

Un jour passé, un jour parmi l’éternité

 

Bonne nuit, il est temps de poser mes rêves.

 

1/ L’infini beauté du ciel

Quand le ciel s’habille de ses plus belles couleurs

Je contemple dans l’infini beauté du ciel

La sagesse et l’amour de son créateur.

 

Je suis devant ce tableau, je m’émerveille

De mes mains je frôle l’étendue céleste

Et je caresse de mes yeux ce beau soleil ;

 

Des nuages colorés se manifestent

Dessus les rives sempiternelles du temps,

Le soleil va se coucher, retirant sa veste,

 

Puis il s’endort lentement, bercé par le vent.

 

2/ Linceul de couleurs

 

Les arbres s’agitent sous le souffle du vent,

Et les feuilles s’envolent de l’arbre charmeur

Pour venir s’échouer sur les rives de sang.

 

La saison dépose son linceul de couleurs

En laissant cet automne à son triste sort,

Et ses larmes descendre sur les saules en pleurs.

 

Une bise froide, glaciale, venant du Nord

Se mire sur l’eau rougeoyante de la rivière,

Laissant des rides gracieuses sur tout son corps,

 

D’où se reflètent des myriades de lumières.

 

3/ Les ombres s’évanouissent

 

Petit à petit, les ombres s’évanouissent

Formant une image floue de rouge, de noir

Sous le soleil couchant au loin qui se glisse

 

Ne laissant à la lumière qu’un infime espoir

Avant que la nuit ne pose ses fondements

Et que les âmes s’endorment au blanc brouillard

 

Des rêves mélancoliques du firmament,

Avant que le soir ne se referme sur nous

Et que nos yeux se clos au regard des amants ;

 

 

La nuit sur nos cœurs a refermé le verrou.

 

4/ L’astre lumineux

 

Les zébrures du ciel s’étendent à l’horizon

En des lés de tentures colorés aux cieux,

Et s’unissent dans un braséro de passion ;

 

L’astre lumineux se doit de quitter les lieux

Car madame la lune elle, va se lever,

Alors le soleil au monde fait ses adieux

 

S’inclinant, l’astre lumineux va se coucher

Regardant d’un œil contemplatif, la lune

Apparaitre avec grâce sur les rochers,

 

Déposant une douce lueur sur les dunes. 


 


 
 
posté le 03-02-2021 à 13:16:41

Eden

 

 
 

Eden

 

Jardin de délices aux lueurs d’un printemps

Quand les couleurs de saisons reviennent à la vie

Reverdissent dans nos cœurs les marches du temps

Oubliant à tout jamais le gris de la nuit.

 

Chaque printemps est un Eden, un paradis

Chassant la froidure de l’hiver et son enfer

Morte saison, la terre sera ton cimetière,

Les fleurs cacheront la laideur de ton ennui.

 

Les arbres couronnés de leur plus bel atour

Recevront en leur sein les voyageurs ailés

Chantant leurs sérénades au Roi de la cour ;

 

Les fleurs aux multiples couleurs, dans les allées

Guidant les pas de Madame de Pompadour

 

S’inclinant de respect devant tant de beauté.
 
C.M 
 


 
 
posté le 03-02-2021 à 13:12:16

Le cours de la rivière

 
 

Le cours de la rivière

 

Au chemin étendu où mène le destin,

Sur la route tracée au long fleuve sinueux

Quand l’impétueux temps rassemble les amoureux

Aux douces étreintes de jour sans lendemain ;

 

La rivière s’écoule entre monts et merveilles

Caressant les collines de ses eaux fraiches

Dont les lames câlines ouvrent une brèche

Aux sentiments envoûtants d’un amour fidèle.

 

Le temps au cours sinueux rattrapa les amants

Au souffle d’Eole se montrant impétueux

Brisant les voiles légères de leurs sentiments ;

 

Mais il n’y a de destin sans l’ombre d’un Dieu,

Cupidon dans son for intérieur fit serment

De réunir les cœurs de tous les amoureux. 
 
C.M 
 


 
 
posté le 03-02-2021 à 13:09:23

Rêverie de la dame en blanc

 

Rêverie de la dame en blanc

 

Quand l’hiver sur les eaux s’étend

D’un blanc manteau de pureté

De douces lueurs de clarté

S’épanchent sur la dame en blanc.

 

Au doux chant des rives du temps

Se sont posés sur les rochers

Les larmes perdus de l’amant

Que la rivière à emmener.

 

Rêverie de la dame en blanc

Ce soir, pour ne pas oublier

Les illusions d’un jour passé

L’espoir s’envolant sous le vent

Quand l’hiver sur les eaux s’étend.

 

C.M 


 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article